Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Victor-Jacquet-1895-1985.over-blog.com

Sur les traces d'un petit soldat dans deux guerres mondiales (Victor Joseph Jacquet 1895 - 1985)

1944 - début 1945 : Victor Jacquet retrace des évènements de la libération de la France

Publié le 4 Septembre 2012 par vj&c&am&tg& in libération, Marseille, FFI, 1erDB, Rhône, Rhin, Toulon, 1945, histoire militaire

1296 "le général Brosset"

1296 "le général Brosset"

archives famille Jacquet - "café de Paris"  Toulon ? Marseille ?

archives famille Jacquet - "café de Paris" Toulon ? Marseille ?

Le Général Brosset, entre seule en Jeep à l’intérieur de
Toulon ! Le 13 Sept, la Marine de guerre Française rentre dans
le port de Toulon, sur tous les mats flotte le
pavillon , suivis du Philadelphie et du Sirus
Navires Amiraux des forces américaines, ou le pavillon
tricolore se déploie également

La première Ville Française… Toulon était libre.

La Seconde Ville sera Marseille. Sa libération suit
une série, d’assauts qui dura du 20 au 27 août 1944
Le général du Sudre, qui commande, les avents gardes de l’armée
Française, le 7ieme Régiment de tirailleurs Algériens, plus
deux Régiments de Tabors Marocains et un groupe de
blindés , a prit contact avec l’ennemi a Aubagne
le 21 août, il a installé son P.C a Gemens.

Le 22 août, après midi, entre les Généraux Français, Larminat
de Lattre. Monsabert. Guillaume. Sudre. Va se tenir
un Conseil de guerre.
Le Colonel Chappués pénètre dans la ville avec ces blindés
et ses tirailleurs.

Page 2 :
Le 23 a 5 heure du matin, deux bataillon du 7 R. tirailleurs
venant de St. Julien arrivent au carrefour de la Madeleine
L’après midi, Monsabert escorté par ces chars et blindés
s’installe à la Préfecture.
La Cannebière est encore battue par l’artillerie boche
Commandé par le Général Allemand « Schaeffer » Ce Général
Allemand dispose encore de 15000 hommes et derrière des mur
de bétons 200 canons, et toute munitions nécessaire

Depuis le samedi 17 août, les F.F.I avaient décrété
l’insurrection dans la ville de Marseille.. c’était la guerre
dans les rues. La résistance à Marseille a été pittoresque
et a la fois agissante.

Sur la Cote Méditerranéenne, se trouvaient réunis les
quartiers des Généraux de la milice de Darnand a Nice
Le Francisme de Bucard a Marseille – a Aix en Provence
Le P.P.F de Fabiani à Marseille
Avec toutes leurs Armée d’espions, de tueurs a gages de
la Gestapo, plus leurs mouchards, dénonciateurs et de
traites de trafiquants, etc.

VJ 1296 & retranscription Anaïs Marie 1ère S3 janvier 2015

1297 "en contrepartie Marseille et la côte"

1297 "en contrepartie Marseille et la côte"

Page 1 : (1297)
En contrepartie .. Marseille et la Cote comptaient des
résistants, actifs et en nombre appréciable.
Sur la Cote, l’armée secrète comprenait 3000 hommes
du groupe… Lecuyer, qui combattirent entre Nice et Antibes
En plus il y avait l’organisation de résistance de
l’armistice, dont une partie était armée.
Le P.C du général, Monsabert était installés à la préfecture
Dans les bureaux de la région de la région militaire… mais entourés
par un cercle de position ennemies, les allemands sont
a 7 ou 800 mètres.. Retranchés près de Notre Dame de la
garde, a un kilomètre du Fort S. Nicolas et du Fort S. Charles
et du Pardo … Deux Half.traks, des F.M sont en positions
derrière les Barricades, des chars, sont en Batterie dans
les rues.. Notre Dame de la Garde « La Bonne Mère » est attaqué
on veut épargner le sanctuaire.
Le 25 août à 8h45 par deux compagnies de tirailleurs algériens
et un peloton de chars du 2iéme Cuirassiers moins des tirs

Page 2 :
D’aveuglement accompagnent l’avence, la progression dans
la crypte de Notre-Dame, un incendie c’est déclaré
Deux chars.. Le jourdain et Jeanne d’arc entre en actions
Le jourdain saute sur un barrage de mines
Le Jeanne d’arc était atteint de plein de fouet, par un obus
allemand, deux hommes sont très carbonisés, le 5
est grièvement blessé
La crypte de Notre Dame brûle, les allemands l’évacuent et
se sauvent dans la sacristie, trois patrouilles sont lancé
à l’assaut de l’édifice et viendront a bout de la
résistance allemande.
La bonne mère de Marseille est libéré.
Mais tout n’est pas encore fini, les forts restants,
aux mains des allemands. Croisent les feux sur le promontoire de Notre Dame
La Batterie de Merlan, qui terrorise les quartiers de
Beaumont, S. Jérôme, Château Cjambert et les roses.
Pendant cinq jours ses 10 canons, ses mitrailleuses et
ses 150 hommes sont encerclés par les F.F.I après un
violent bombardement, des 105 et 155 Français la garnison
se rendra le 25 au soir.
A Aubagne, les goumiers durent attaquer 17 fois à
l’arme blanche, pour venir à bout de ses noyaux de résistances.
()

VJ 1297 & retranscription faite Anaïs Marie 1ère S3

Le 27 décembre, la rédition du fort S. Nicolas, derrière des murailles épaisses, l'effet des bombardements ne pouvait être décisif. Il fallait que les goumiers approchent de la caserne pour que le général Shaeffer négligeant par la force des choses : la consigne donné par Hitler, de résister jusqu’à la dernière cartouche "244 division allemandes" .
Le Générale Shaeffer, s'incline et envoi au général Momsabert la lettre de reddition et a obtenu une capitalisation honorable le 28 aout, il se constituait prisonnier.
Le 28 aout, une prise d'arme sur le vieux port, pour les FFI de Marseille.
Une cérémonie d'action de grâce est célébré à N. Dame De La Garde.
Victoire chèrement payée, plus 4000 Français tués et blessés. Résultat 37000 prisonniers dont 700 officiers. Marseille deuxième ville de France libérée.
L'armée de Lattre dégagé, va progresser le long du Rhône avec les armées américaines.

vj1298 - retranscription TOUZANI Gabrilel 1er S3 janvier 2015

1298

1298

Le port de marseille est en ruine.
Les terres, pleins des bassins de la Joliette ne sont que chas de béton, de fer tordu etc.
Tous les quais sont éventré par plusieurs centaines de grosses mines, toutes les installations férovières ou éléctriques sont anéenties. L'entrée du port est obstruée par onze batiments de gros tonnages coulé enchevitré l'un dans l'autre dont deux Translatantique, le Massila est iméréthies, 172 épaves sont dans les autres plans d'eau.
Le pont transbordeur est abbatu, 257 grues sont abbatues.

Le 15 septembre, neuf " Liberty Ships ", rentrent dans le fort, effectuent leur déchargement en rade, 17 jours après la libération 3000 tonnes et plus de 10000 hommes sont ainsi mis à terre. Pendant les huits mois qui suivent, 14 divisions débarquèrent dans le port.
17000 tonnes de ravitaillement y seront descendus chaque jours. Toulon et Marseille étaient libérées.C'était l'opération Amril.. SU général Eisenhower.

VJ 1298 bis

Les généraux commandant, les corps d'armées de la 1ère armée libre Française.
Le Général De Gaulle, le Général De Lattre
Les généraux H Martin, De Larminat, Betowart, De Monsabert, Gérardot.
Les généraux Guillaume, Brosset et Garlay.
Les Généraux Chaillet, Devink, Dumas, Bank et Naveau "artillerie"
Le général Dromard " Génie"

Américains
Le Général Devers, le Colonel Cabot Ladge
Les Généraux Dahlquist, O Daniel, Cota, Parker, Allen

L'armée De Lattre a conquis son autonomie en septembre 1944. Elle a cessé d'être intégré à la VII armée américaine. Sur un pied d'égalité, elle forme avec celle-ci un groupe d'armées.

vj1299 & Touzani Gabriel 1er S3 janvier 2015

1299

1299

Au cours des mois de septembre et d'octobre 1944 elle forme et elle s'empare de territoires plus étendus que l’Alsace.
Vesoul, Lure, Remiremont, Epinal, La Lorraine jusqu’à Metz, le Luxembourg, la Belgique, la Hollande au dessus de la Basse Meuse.
La presque totalité de l'Alsace est libérées par les troupes Française, entre autre la troué de Belfort. Saverne, Mulhouse, Strasbourg, puis Colmar.
Ce sont les troupes Françaises qui arrivent les premiers au Rhin. La 2 D B du Général reçoit dans la nuit du 22 au 23 d'aider le g corps d'armée américaine à prendre Strasbourg, les Français s'étant déjà emparés de Saverne, dévalant dans la plaine.
Leclerc fonce sur Strasbourg et continueront sans s'arrêter jusqu'au Port De Kel.
Objectif suprême.
Le 23 à 7h15 ... L'avalanche part de Saverne, à 10h30 un message annonçant, que le Colonel Rouvillois et entré dans Strasbourg et poursuit sa route vers Kehl. Rouvillois avec sa troupe, ses blindés traversent la ville, en trombe , mitraillant tout ceux qui portent une tenu Boche.

vj1299 &TOUZANI Gabriel

Victor Jacquet à Kehl

Victor Jacquet à Kehl

1300 confié à Marie Anaïs

1300 confié à Marie Anaïs

Page 1 :
Il parvient a 600 mètres du Pont – De – Kehl ou sont avance
et stoppé, par une résistance énergique
La Colonne Massu, se Heurte au Fort Fock
Putz neutralise le Fort Kléber et entre à Strasbourg
Cantarel bu sur le Fort Pétain
Debray réduit le Fort Joffre, massacre une colonne
ennemie à Lingolsheim et occupe l’aérodrome de Neuhof ou
il se saisit des pièces anti-aériennes et antichars
Guillelon pénètre dans la ville avec les bataillons
américains de soutien
Leclerc a fait irruption dans la capitale de l’Alsace
Le 25 la bataille s’installe dans Strasbourg, l’après midi
Le Général Von Vaterrode Capitule
Le 26 Le Général Leclerc, ordonne une prise d’arme, place
Kébler, au défilé. C’est le chant de la Marseillaise chanté
au cœur.

Page 2 :
Le 2ième corps d’armée du Général Monsabert, renforcé par la
1ière D.R. et une partie de la 5ième D.R.
Alerté le 11 Novembre - actionné le 16.11. Le 2ième corps ne se
met effectivement en mouvement que le 19.11.44.
A partir du 17.11 diverses indices font penser que l’ennemi
s’apprête à décrocher.
Le Général Brosset charge le corps Franc Pommiés et le 1ier
Régiment de Morvan du Colonel Chevrier. Sadoul de maintenir
le contact avec l’ennemi dans la Région du Tillot et de Miellin
Le Colonel Bavière, lancé sur Fresse, le col de la Chevestraye et
Girosmagnie
Raynal, attaquera par Champagney et Plancher – Bas
Delange, suivra en deuxième échelon derrière Bavière
Durant, en soutien.
Brosset, à parcouru le front de sa Division au volant de sa
Jeep, stimulant en personne ses éléments de tête entre
Plancher. Bas et Champagny sa voiture s’enlise, il la troque
aussitôt, contre celle d’un détachement de la circulation
routière et repart de plus belle, soudain, il aperçoit à
quelques mètres de lui, un fourneau du mine, d’un brusque
coup de volant, il cherche à l’éviter, mal réglé et emporté

VJ 1300 & Marie Anaïs 1er février 2015

1301

1301

archives familles Jacquet

archives familles Jacquet

Page 1 :
Par la vitesse, la Jeep, dérape sur le sol glissant se retourne
sur le parapet du Ravin, et tombe dans la rivière que les
pluies ont transformés en torrent… malgré les secoures
immédiates, le courant l’entraîne à la dérive dans les tourbillons
le corps du chef de la 1ère Division Libre
Le Colonel Garbay qui prend aussitôt le Commandement de
la D.F.L le 21.11. Le R.C.7.2 s’empare de Lepieux. Gy
atteints les confins de Giromagny
En s’emparent de Giromagny le 22.11. La 1ère D.F.L a
créé une breche dans les lignes allemandes de la savoureuse
et amorcé, sur ce point un débordement par le Nord des camps
retranché de Belfort, dont le plan oriental continue à
arrêter la 2ième D.I.M
Les Ordres de Monsabert, pour le 23.11 prévoient un effort
général, sur tout le front, avec intention d’ouvrir la porte
au CC.6. soit au Sud, sur l’axe Dabenois. Fontaine, soit
au Nord, sur l’axe Giromagny. Rougemont le Château
Le 24.11 après de durs Combats à Hericourt – Monbéliard et
Hérimoncourt
Raynal s’empare de Grosmagny et Barrière du Petit Magny
La route de Rougemont – le – Château est au trois quarts libre

Page 2 :
La Bataille de Belfort du 18 au 21.11.44
Libération de Colmar 29 Janvier au 2 Février 1945
Libération de Mulhouse le 20-21.11.44
Libération de Strasbourg le 4 Janvier 45
Le Général Guillaume prend le Commandement le 5.1.45
La 1er armée prend la responsabilité de Strasbourg.

Les cloches de la Cathédrale, s’ébranlant pour sonner la
Victoire des Alliés et le glas du Reich.

Le 2 Janvier, De Gaulle, prescrit au général Juin, de confirmer au
Général de Lattre, l’ordre de prendre à son compte la défense de
Strasbourg, grâce à l’opiniâtreté du Général de Gaulle, et à la cohésion
qui règne entre lui et le chef de la 1ière armée
Strasbourg sera défendu et sauvé contre l’offensive du Maréchal
Von Rundsteat, qui attaque avec 28 Divisions, dont neuf de blindés dans
un secteur des Ardennes, les allemands attaquent en Alsace au Nord au Sud
de Strasbourg ; Bitches. Wissembourg. Lauterbourg. Woerth. Souz. Selt
connaissent une seconde fois les rigueurs de l’occupation.

VJ 1301 & Marie Anaïs 1er S3 1er février 2015

1944 - début 1945 : Victor Jacquet retrace des évènements  de la libération de la France
1302 la bataille de Strasbourg

1302 la bataille de Strasbourg

Page 1 :
La bataille de Strasbourg
Pour Hitler. Strasbourg est partie intégrante de l’Allemagne
Il releve de son Cd le Général Wiese qu’il rend responsable des
échecs, et le remplace par homme son homme de confiance Himmler
avec mission d’arrêter l’invasion alliés, pour reprendre le
terrain abandonnée
Des renforts en infanterie, en chars, son mis à sa disposition
Et la 2ième Division de Montagne qui arrive de Norvège
L’offensive allemande débouche sur Haguenau et traversé
le Rhin a Gambsheim, d’où elle menace Strasbourg
Les alliés avait ordonner d’abandonner Strasbourg
De Lattre et De Gaule font annuler la décision
Le 7 janvier la Wehrmacht lançe une nouvelle attaque qui
obtient des résultats, un bataillon a Gbenhein ou été
encerclé et anéanti
L’ennemi malgré ses succès tactique, reste enfermé dans
la région comprise entre le Rhin, l’Île et la coupure du Kraft
Les allemands vont alors faire un dernier effort au Nord
de la ville, ils élargissent la tête de pont de Gambsheim
et s’empare de Kilslet.
L’initiative, ne leur appartient plus il est trop tard
L’armée française et alliés vont faire une poussée décisive



Page 2 :
Adieu L’Afrique
Au revoir le Camp Chacals. Sidi. Ben. Clukba
Destination inconnue
Embarquement pour l’Europe avec les Américains

VJ 1301 & Marie Anaïs le 1er février 2015

Victor Jacquet sur le pont de kehl (Frontière franco-allemande, sur le Rhin)

Victor Jacquet sur le pont de kehl (Frontière franco-allemande, sur le Rhin)

Commenter cet article