Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Victor-Jacquet-1895-1985.over-blog.com

Sur les traces d'un petit soldat dans deux guerres mondiales (Victor Joseph Jacquet 1895 - 1985)

Août 1918: Les attaques de Vauxaillon entre Soissons et Laon

Publié le 3 Novembre 2014 in Soissons, Laon, Vauxaillon, marraine de guerre, compiègne

Août 1918: Les attaques de Vauxaillon entre Soissons et Laon

Je le remerciai et lui dis "à quoi bon, demain nous serons
peut être dans la bagarre et à savoir ce qu'il nous arrivera".
Cette jeune fille a 20ans, elle est bien gentille, je lui ai donné
votre nom, elle vous écrira, je le remerciai et nous reprîmes
la route, car il fallait que nous soyons arrivés à la forêt pour
la nuit, pour traverser un ravin et là, était le lieu de rendez-
vous du convoi de soupe des Compagnies, il faisait chaud
le front était calme, mon camarade retrouvait son escouade
et moi la mienne. Ces deux escouades étaient voisines, l'une de
l'autre. Je trouvai un sous-officier et lui demandai les consignes
il me dit "les boches sont là, à 200mètres en face de nous, ils
nous dominent de là haut et ils nous harcèlent avec leur V-B".
Le lendemain, je me proposais à aller voir le camarade
quand un tir d'artillerie boche se déclencha, une attaque
surprise sur notre droite, les boches avaient réussi à s'infiltrer
dans la 1ère ligne ; il s'est mis à pleuvoir, les boyaux, les
tranchées étaient pleins d'eau, le va et vient de la troupe avait
transformé la terre rouge en mastic, mon tour de garde
aux créneaux était arrivé, les boches déclenchèrent une attaque
mais ils étaient dix contre un, ce fut un sauve qui peut sur la 2ème
ligne, c'était la débandade dans les boyaux, remplis de mastic et
malheur à celui qui tombait dans cette mélasse, il s'englutinerait
dedans, il serait perdu et c'est ce qui arriva malheureusement

Retranscription novembre 2012 Sophie Poussard 1er ES/L)

Août 1918: Les attaques de Vauxaillon entre Soissons et Laon

à mon camarade, il était couché sur le dos, pris dans
cette pâte gluante, la compagnie froussé par les Boches
passa sur son pauvre corps, sa tête avait été respecté (?), de
ses yeux bleus vitrieux, il regardait le ciel.
Le lendemain, nous recevîmes l'ordre de contre attaquer
par surprise dans l'après-midi, je me trouvais au créneau,
les vagues d'assaut partirent à l'avant, mais il y eut un
fléchissement des cadres et là, je me trouvais prisonnier
entre les lignes, je réussis à me cacher dans un trou masqué
sous du barbelé et la nuit, je rentrai dans nos lignes
après avoir subis des coups de fusils de part et d'autre.
L'Histoire de cette attaque avortée, arrivé en haut lieu au
oreilles de D...... qui lui, ordonna une nouvelle attaque
dans l'après-midi, après un pilonnage infernal de
l'artillerie sur les lignes Boches, l'attaque eu lieu, les
boches rescapés de ce bombardement se sauvèrent de tout côtés.
L'attaque réussie pleinement, de nombreux prisonniers
restèrent entre nos mains.
Mais cette fois à cette attaque, les cadres étaient à leur place
et chacun avec son unité.
Malgré cela, le limogeage, le nettoyage eut lieu,
mais discrètement.
Huit jours après cette affaire, nous étions relevés des...


(Retranscription novembre 2012 Sophie POUSSARD 1er ES/L)

Lignes, et nous prenions la direction de Soissons :
Compiègne : nous cantonnions, nous étions bien.
Je ne pensais plus à la marraine de guerre, du pauvre camarade
mort, piétiné dans le mastique de ter
re rouge.
Le Vaguemestre me dit : « Voilà pour vous, deux cartes lettres portant
le cachet de Saint Hilaire « manche » ». C’était la jeune fille qui m’écrivait.
Je lui répondais un mot, en la remerciant de sa gentillesse.
Je suppose que mon Camarde devait être son fiancé car dès
qu’elle eut connaissance de sa disparition, elle cessa
toute correspondance.
C’est la seule marraine que j’ai eu, pendant toute la guerre 1914-18
j’avais tellement été déçu que je ne voulais plus entendre parler
de marraine de guerre.
De 1914 à 1918, je n’ai jamais reçu de colis de qui que ce soit,
je n’ai jamais reçu de mandat. J’ai reçu 25f ( ?) des Américains
20f ( ?) du Capitaine. Et la petite pochette en cuir de Château-thaï
contenant environ 120f ( ?). Mais à l’HartmannwillerKopf j’avais
laissé 57f( ?) qui me furent remboursés à l’armistice car dans cette sopre( ?)
des recherches avaient été faîtes pour retrouver les morts et on
avait retrouvé mon argent et mon livret militaire.


(Retranscription décembre 2012 TOURNOIS Morgane 1er L/ES)

Signature de Victor Jacquet

Signature de Victor Jacquet

Commenter cet article
C
Escouade : Une escouade est une fraction d’une compagnie (d'une section plus précisément) ou d’un escadron sous les ordres d’un caporal ou d’un brigadier.<br /> Par extension, on utilise aussi le mot escouade pour désigner un groupe spécial commandé par un chef. Sources: Wikipédia<br /> Limogeage : Priver quelqu'un de son poste, de ses fonctions, en le déplaçant ou en le destituant. Sources : Larousses
Répondre
C
Merci Célia ++<br /> (Larousse sans &quot;s&quot; à la fin, mais ce dictionnaire est mieux que wiki)
H
Le Hartmannswillerkopf rebaptisé Vieil-Armand après la Première Guerre mondiale , est un éperon rocheux pyramidal, dans le massif des Vosges, surplombant de ses 956 mètres la plaine d’Alsace du Haut-Rhin.<br /> <br /> Un monument national y est érigé en souvenir des combats qui s'y déroulèrent durant le premier conflit mondial, en 1915 surtout. En effet, situé en droite ligne à 7 km de Thann et 6 km de Cernay, entre lesquelles passait la ligne séparant la partie de l'Alsace redevenue française dès 1914 et celle reprise par les troupes allemandes, le Vieil Armand était une forteresse stratégique alors âprement disputée. Le sommet est partagé entre les communes de Hartmannswiller, de Wuenheim, de Wattwiller et de Soultz.<br /> <br /> Le cimetière militaire apparaît dans une scène du film Jules et Jim de François Truffaut.<br /> <br /> <br /> Source: Wikipedia
Répondre
C
ok (+) mais déjà vu deux ou trois fois. Vous avez juste développé un peu plus. C'est mieux. Merci
M
Les boches: terme péjoratif désignant les allemands ou une personne d'origine allemande durant la guerre.<br /> <br /> Limogeage: fait d'être privé de ses responsabilités et son poste (souvent un poste élevé; officier par exemple) par sa hiérarchie. cette expression a été tirée de la ville de Limoges.<br /> <br /> Hartmannswillerkopf: champs de bataille de la bataille dans les Vosges
Répondre
C
Merci Mériama mais il faut indiquer la source de tes informations
C
Vaguemestre : sous-officier chargé du service postal dans l'armée
Répondre
C
Merci Camille mais ou as tu trouvé cette information ?
V
L'Hartmannswillerkopf rebaptisé Vieil-Armand après la Première Guerre mondiale (nommé l'Hartmann, la « mangeuse d'hommes » ou la « montagne de la Mort » par les Poilus), est un éperon rocheux pyramidal, dans le massif des Vosges, surplombant de ses 956 mètres la plaine d’Alsace du Haut-Rhin.<br /> Source : wikipédia
Répondre
C
+ décomposer le mot Hart Manns Viller Kopf pour trouver le sens originel = ?